#37814 par Wang Tianjun
25 août 2018, 13:58
Image

Voici le topic pour partager vos impressions sur ce premier tome de Mujirushi ! Du moins pour ceux qui ont craqué dès la première semaine, ce qui n'est pas mon cas ! ^^"
#37823 par Drucci
04 sept. 2018, 13:48
Tant qu'à faire, autant rediriger vers la critique du site pour mon avis détaillé (qui spoile quelques légers détails) : https://labasesecrete.fr/mujirushi-tome ... atrimoine/

Mais, en version courte, le côté "best-of" de l'intrigue sur plusieurs aspects importants, au même titre que l'absence de persos attachants, m'a pas mal dérangé. L'intrigue part un peu dans tous les sens au début mais on finit par comprendre où veut aller Urasawa, qui parvient quand même à nous donner vraiment envie de lire la suite quand on a fini le tome...

Niveau dessin et narration, c'est toujours aussi maîtrisé (à part l'insistance assez lourde sur la caricature de Trump et quelques anecdotes sur la France mais qui doivent mieux passer pour le public japonais, logiquement) et j'apprécie vraiment le grand format ! Dommage que Futuropolis n'ait mis aucune note explicative sur Iyami par contre, sans aller jusqu'à faire une page d'explications à la fin, ça me paraissait vraiment nécessaire d'expliquer d'où vient le personnage en deux mots.

Du coup, je ressors assez mitigé de ma lecture mais paradoxalement assez impatient de lire la suite, puisqu'elle s'annonce plus intéressante et qu'on pourra juger du manga dans sa totalité !
#37824 par Wang Tianjun
04 sept. 2018, 16:53
Pour l'instant, les avis que j'ai lus rejoignent ce consensus de "bien mais pas top", et que ça manque d'intérêt à part à la fin, qui donne envie de découvrir le tome 2.

Pas très encourageant, tout ça ^^"
#37825 par Drucci
06 sept. 2018, 11:10
Wang Tianjun a écrit :Pour l'instant, les avis que j'ai lus rejoignent ce consensus de "bien mais pas top", et que ça manque d'intérêt à part à la fin, qui donne envie de découvrir le tome 2.

Pas très encourageant, tout ça ^^"


Et en même temps, ce qui est fort de la part d'Urasawa, c'est qu'il arrive à nous prendre au jeu et à finir sur un bon teasing!

Sinon, j'ai eu plus de précisions concernant les notes explicatives : elles figureront à la fin du tome 2 (avec un mot de l'auteur), y compris celles sur Iyami. Les éditions du Louvre ont reconnu que ça aurait peut-être été mieux de les mettre dès le tome 1 mais c'est une décision éditoriale de leur part!
#37911 par Wang Tianjun
11 oct. 2018, 16:56
Toujours pas lu Mujirushi, mais je viens de tomber sur une critique (du 1er volume seulement, je suppose), sur Ecranlarge.com

Je m'attendais pas voir une critique BD sur ce site. Et plus étonnant encore, ils sont vachement euphoriques dessus !

https://www.ecranlarge.com/livre-bd/dossier/1036079-gros-plan-sur-le-signe-des-reves-le-nouveau-manga-de-naoki-urasawa-auteur-de-monster-et-20th-century-boys
#37913 par Wang Tianjun
13 oct. 2018, 17:27
J'ai fini par craquer, et je me suis procuré les deux tomes de Mujirushi aujourd'hui !

Je sors tout juste de la lecture du tome 1. Avant d'embrayer sur le second, je tenais à poser un avis à chaud sur cette première partie...

Bon, ben je rejoins la moyenne générale des avis : c'est franchement pas terrible...

Déjà, le problème principal, c'est Iyami, aka M. Le Directeur. C'est là qu'on voit le problème de l'écart culturel et de la gêne qu'il provoque quand il est mal appréhendé. Le public japonais aura peut-être trouvé son compte en retrouvant ce personnage fétiche repensé par Urasawa (comme il avait pu le faire avec Pluto). Mais là, sans connaître le bonhomme, ça ne marche pas du tout. Outre l'aspect excentrique du personnage qui agace très vite, le problème vient du fait qu'il est le déclencheur de l'intrigue, alors qu'on remet en doute tout ce qu'il dit. A partir de là, difficile d'embrayer sur la suite.

De fait, l'enjeu du récit n'est pas très palpitant. Il y a déjà un désquilibre entre le postulat dramatique de base (le père qui a tout perdu), le burlesque apporté par Iyami et le côté irréaliste de la "mission". Je ne crois pas à ce qui nous est raconté, c'est quand même problématique. Et le duo père-fille n'aide pas beaucoup, entre le loser crédule et la fille beaucoup trop maline pour son âge. Quant aux références françaises : moui, ok, bon, ça sort pas trop des clichés quand même.

Je suis aussi d'accord que la fin relève un peu le niveau, avec l'arrivée d'un vrai personnage intéressant et charismatique : Michel (qui a d'ailleurs de faux airs de Martin dans Monster, sacré Naoki :p). Sa grand-mère Mme Bardot m'agace plus qu'autre chose, mais je vois la tentative humoristique quand même. On sent aussi que quelque chose d'un peu plus touffu se développe avec la mention du personnage de "Kyoko", mais pas de quoi non plus renverser tout le cadre établi. Quant au symbole mystérieux, Urasawa nous a trop souvent fait le coup pour que ça me surprenne encore.

Autre défaut, mais qui pour le coup ne relève pas d'Urasawa : j'ai vraiment été gêné par le style employé par le traducteur. Ce n'est pas tant une affaire de coquilles (quoique, le "Monna Lisa" par un truc édité par Le Louvre, ouch), que d'impression globale. La traduction est à mon sens trop littérale, en reprenant les tournures de phrases japonaises tel quel. C'est d'autant plus lourd avec les "sans façon" et "pardi", même si pour le coup, il n'y avait pas de solution miracle. Les placer toujours en fin de phrase aurait peut-être allégé l'ensemble.

Je vais embrayer sur le tome 2 comme prévu, en espérant qu'il relève le niveau, comme promis ! ^^"